12e jour de campagne électorale : guerre de libération et printemps berbère s’invitent dans la campagne

Pour ce 12 e jour de campagne électorale, certains candidats n’ont pas manqué d’évoquer l’histoire pour capter l’oreille des électeurs. En cette date du 20 avril, coïncidant avec la célébration du printemps berbère, des chefs de partis ont rappelé le long combat pour la reconnaissance de Tamazight, tandis que d’autres sont revenus sur les sacrifices consentis par le peuple algériens durant la guerre de libération nationale.

Fadjr El Djadid à Mostaganem

Le président du parti Fadjr El Djadid,  Tahar Benbaïbèche, a estimé que l’Algérie a besoin de militants de conviction pour édifier un Etat fort. Lors de son meeting animé, ce jeudi à Mostaganem, M, Benbaïbeche a rappelé les réalisations de l’Algérie indépendante dans de nombreux domaines.   Il a, également, critiqué les membres de l’APN qui n’ont pas usé de leurs prérogatives pour «promulguer des lois au profit du peuple et du pays». Devant son public, le président du FJ a rappelé que l’instance législative a plusieurs prérogatives dont la mission de  «légiférer des lois, les annuler, contrôler le gouvernement, le dissoudre et constituer des commissions d’enquête en cas de besoin.

Le FLN à Sétif et Bourdj Bou Arreridj

Le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbes, a affirmé jeudi à Sétif que l’unité du peuple algérien et du territoire national étaient sacrées pour sa formation politique. M. Ould Abbas a réitéré devant son public, l’attachement  du FLN au programme du président de la République Abdelaziz Bouteflika, ajoutant que "le président Bouteflika est le concepteur de l’histoire, du militantisme, de l’édification et du développement". A Bordj Bou Arreeridj, l’homme fort du FLN a indiqué que le programme du FLN est basé sur la prise en charge des préoccupations des couches démunies.

Le RCD à Béjaia

Le président du Rassemblement pour la Culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a  focalisé son meeting à Béjaïa sur «la régionalisation positive" prônée par le RCD. "Il s’agit d’un régionalisme dans un cadre national», a-t-il précisé,  mettant en relief  la nécessité de rajouter à l’organisation administrative actuelle (APC, Dairas, wilayas), «une instance régionale, aux prérogatives  plus larges pour coordonner leur développement». L’orateur a, par ailleurs, mis l'accent sur le développement des énergies  renouvelables, insistant sur la nécessité de «créer un marché des équipements qui leur dédiés». 

NAB à Oran

Le représentant de l’alliance Nahdha-Adala-Bina, Moustapha Belmahdi a estimé, jeudi à Oran, que les élections législatives doivent être le point de départ d’un changement pacifique. Il a évoqué, à l’occasion, le problème de gestion des affaires quotidiennes ainsi que les aspirations sociales des citoyens dans les domaines de l’emploi, du logement, de l’éducation et autres. M. Mustapha Belmehdi, qui a appelé à un vote massif pour susciter l’espoir chez le peuple, préconisé l’exercice du contrôle du parlement pour préserver les intérêts nationaux. 

El Karama à Bordj Bou Arreridj

Le président du parti El Karama, Mohamed Benhamou, a souligné que les jeunes sont appelés à prendre leurs responsabilités tout comme l’ont fait leurs prédécesseurs en libérant le pays. Lors de son meetin à Bordj Bou Arreridj, le président  d’El Karama a rappelé que la politique de son parti est basée sur la  modération et la réconciliation nationale, saluant les efforts des  différents services de sécurité, à leur tête l’Armée nationale populaire  (ANP), qui veillent à la protection du pays de toutes les menaces extérieures.

FNJS à Tébessa   

Depuis Tébessa, le président du Front national pour la justice sociale (FNJS), Khaled Bounedjma, a indiqué que ce programme comporte des "solutions pour éradiquer le chômage notamment parmi les diplômés des universités et des centres de formation professionnelle". Considérant que le FNJS est un parti des "hommes loyaux envers les chouhada", il a ajouté que son parti  est porteur dÆ"un programme d’avenir".  Il a, à la même occasion, fait remarquer que "la femme a reçu des prérogatives sur le papier mais en a été privée dans les faits".

FM à Ain Témouchent

Le président du Front El Moustakbel (FM) Abdelaziz Belaid a mis en avant depuis Ain Témouchent la portée de la date du 20 avril dans l’histoire de l’Algérie. «Le printemps berbère, soutient-il, appartient à l’Algérie contemporaine et fait du long combat du peuple algérien». Rappelant que c’est le 20 avril et le 5 octobre qui ont conduit au multipartisme dans notre pays, Abdelaziz Belaid a appelé à l’inscription de cette journée et à al valorisation de la langue Amazigh. Le leader du FM a estimé, par ailleurs, que le «véritable changement ne concerne pas seulement les personnes, mais aussi les mentalités et pratiques».

L’ANR à Chlef

Depuis Chlef, le secrétaire général de l'Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, a affirmé que le printemps arabe a été la cause de la destruction des institutions de plusieurs pays arabes, appelant, dans ce sens, à la préservation des constantes identitaires nationales, notamment l'identité amazigh qu'il considère comme "un premier pas pour la défense de l'unité nationale". Il a relevé que son parti a consacré un long chapitre à cette question dans son programme électoral dans le but de prémunir la langue tamazight de toute tentative d'utilisation à des fins de déstabilisation de l'unité nationale.

Le RND à Sidi Bel Abbès et Ain Témouchent

Le secrétaire général du Rassemblement  national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a réaffirmé jeudi à Sidi Bel-Abbès l'engagement de son parti à soutenir l'économie nationale et sa relance. Appelant à l’édification d’une économie forte, Ouyahia a évoqué l’appui qu’apporte son organisation à la politique sociale, consacrée dans la proclamation du 1er novembre 1954 et son engagement à améliorer les conditions de vie des citoyens. L’homme fort du RND a mis l’accent, par ailleurs, sur l’attachement du citoyen à son pays, aux principes du 1er novembre 1954, à l’islam sunnite malékite et à la nécessité de barrer la route devant des courants religieux étrangers à la société algérienne. 

MSP à Médéa et Blida

Depuis Médéa où il a animé son meeting de campagne, le président de l'Alliance du Mouvement de la Société de la Paix (MSP-FC), Abderrazak Makri a appelé les électeurs à faire confiance aux candidats de son Alliance. Par ailleurs, Makri s’est montré ouvert à toutes formes d’alliance pour l’édification du pays avec des militants «honnêtes et nationalistes». «Tous les hommes nationalistes, quels que soient leurs partis, sont nos alliés» a déclaré Makri. 

Le FNA à Sétif et Bordj Bou Arreridj

Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a rappelé les sacrifices consentis par nos aïeux durant la guerre de libération nationale. «Qui étaient les moudjahidines qui avaient pris les armes avant 1962 pour libérer le pays. C’était les fils de bachagha et des caïds ou les enfants pauvres du peuple ?» a demandé M. Touati aux Sétifiens présents à son meeting. Appelant à réhabiliter le petit peuple dans son droit, le leader du FNA a soutenu que cette reconnaissance envers ces humbles personnes doit passer par l’ «égalité devant les devoirs et les droits». Moussa Touati a mis l’accent lors de son meeting à Bordj Bou Arreridj sur la nécessité de relancer l’économie nationale en vue de la création de richesses et des postes d’emploi.         

Le MPA à Batna

Actualité oblige, à l’occasion de la célébration du printemps berbère, le président du Mouvement populaire national (MPA), Amara Benyounes, a rendu hommage aux militants qui ont lutté pour la constitutionnalisation de Tamazight. Benyounes à appelé, à ce sujet, au développement académique de cette langue, «en la mettant, préconise-t-il, entre les mains des experts». Le président du NPA a lancé son nouveau concept de «paix linguistique», en a exhorté les algériens à s’ouvrir à toutes les langues.     

Le PT à Boumerdes

La question amazighe a été le thème principal développé, ce jeudi, par la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louiza Hanoune. Lors de son meeting à Boumerdes, elle a souligné, devant son public, que la cause amazighe a été «toujours une priorité» de son parti. Selon la secrétaire générale du PT, la cause amazighe est «une question démocratique centrale qui doit interpeller tout parti démocratiques». «Nous sommes fiers, déclare-t-elle, de tout ce que nous avons fais pour contribuer à la reconnaissance de la langue amazighe».

Le TAJ à Ain Defla et Chlef 

Le président de Tajamouâ Al Jazair (TAJ), Amar Ghoul a déclaré à Ain Defla que son parti «est un rassembleur  qui représente un incubateur des jeunes et de leur aspiration par excellence». Revenant sur ses propositions économiques, il a souligné devant son assistance que le TAJ prône «un développement basé sur l’agriculture, l’industrie et le tourisme». Abordant le volet social et particulièrement les transferts sociaux, le président du TAJ a plaidé en faveur de l’ «aide sociale directe aux démunis».    

El Islah à Bordj Bou Arreridj et Sétif

Le président du mouvement El Islah, Filali Ghouini, a exhorté les Algériens, essentiellement la catégorie des jeunes à «participer massivement aux élections et ce, pour faire échouer les conspirations menaçant le pays». Depuis Bordj Bou Arreridj, il a plaidé pour «un système parlementaire véritable», dans lequel ce sera la majorité qui élaborera les programmes, adoptera les lois et contrôlera également le gouvernement en lui réclamant des comptes». M. Ghouini a rendu hommage, lors de son deuxième meeting à Sétif, à ceux qui ont été les initiateurs du printemps berbère.  

National, Politique